Partagez | 


 

 〄 Hold your Breath. | PV.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité





MessageSujet: 〄 Hold your Breath. | PV.   Sam 5 Avr - 22:32

Hold your Breath.


Là-bas, près des vagues, danse une silhouette. Haute mais fine, ses muscles saillants roulent sous sa peau, dessinant mille reflets et mille courbes qui, à chaque foulée, s'évaporent pour ensuite réapparaître. Le jour décline en fin et, chasseresse, tu es venue te perdre là où tout cœur te menait. Seule, tu t'es lancée dans tes pas que personne ne saurait comprendre et depuis de longues minutes désormais tu danses seule, juste pour le plaisir de sentir ton cœur battre plus vite dans ton poitrail, juste pour sentir les vagues se briser sur tes membres, t'éclaboussant de leur pluie d'étoiles. Vive et alerte, tes mouvements son fauves, rapides et précis, comme si tu avais toujours eu cette connaissance du mouvement en toi, comme si tu étais née pour danser. Ton port, naturellement altier, n'embrasse que trop bien tes démarches légères et envoûtantes, et de loin, tu sembles poupée vaudou.

Quel est l'étrange sort que celui que l'on t'a jeté ? Tu n'es pas sur tes terres, pourtant, tu te sens forte de cette même invulnérabilité, comme si toi, Blitz K., n'étais plus faillible désormais. Mais qui, de toute manière, aurait souhaité briser si sauvage et suave rêve ? Lequel aurait été assez fou pour courir le risque de te faire fuir, comme si tu n'avais été qu'une idée trop parfaitement pensée ...
©N.A.S.A.

Revenir en haut Aller en bas

Break
Maître de son élément




Messages : 1148
Inscription : 23/04/2012
Age : 22


Informations
Relations:
Bloc note:

MessageSujet: Re: 〄 Hold your Breath. | PV.   Dim 6 Avr - 12:51

Il fallait qu'il évacue, il fallait qu'il se défoule, et qu'il oublie juste pour quelques minutes, les troubles de son coeur et de son âme. Il ne voyait ces temps-ci, qu'en grisonnant, il ne voyait plus le monde virevoltant. Il fallait qu'il reprenne pleinement conscience, et possession de ses pensées, car elles ne tournaient autour que d'un être sur Denmoriny : Danaé. Cela ne pouvait plus durer, d'autant plus qu'ils avaient tous deux du mal à se poser dans une relation durable et solide. Comme si, ils étaient faits pour se rencontrer, mais pas pour s'aimer. Comme si leur histoire n'était pas destiné à durer.

C'était une évidence, ils étaient bien trop opposés, l'un et l'autre, l'un de l'autre, pour s'entendre comme devait s'entendre un véritable couple. A chaque fois, il y avait des étincelles, voire même des explosions, et des coups de couteau laissant une marque dans le corps, dans le cœur. Break ne voulait pas de cela.
Ils avaient des valeurs différentes, et même s'ils étaient fous l'un de l'autre, ils ne se comprenaient pas. Ils n'usaient pas du même langage.

Le maître du feu soupira en marchant vers la mer d'aurore. Pourquoi ? Il ne savait pas, il s'était laissé guider par le hasard, et ses pas l'avaient mené ici. Peut être avait-il besoin d'air frais. Déjà, les embruns lui caressaient le visage, et il pouvait sentir le sel lui aérer les naseaux. Il prit une grande inspiration, puis partit au galop, rejoindre la plage de sable.
Mais ce n'était qu'une illusion, de penser être seul dans un tel endroit. Et lorsqu'il vit la silhouette sombre sur la plage, non loin de là, il ne fut pas surpris. Il ne l'avait jamais vu auparavant.

Ne refoulant pas ses bons principes, et sa sociabilité, il poussa un hennissement puissant, pour prévenir l'autre équidé de sa présence.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité





MessageSujet: Re: 〄 Hold your Breath. | PV.   Dim 6 Avr - 21:24

Hold your Breath.


Eternellement, les vagues viennent s'échouer sur le sable encore chaud, comme si elle livrait à cette plage désolée une dernière caresse, des plus langoureuses et des plus tendres. Ton corps tressaillit : rares avaient été les gestes si tendres entre vous, sinon les derniers. Dans chacune de vos attitudes, il y avait eu de la violence, vous qui aviez si bien compris le sens du mot « passion ». Tu n'avais pas voulu d'une relation stable, où tout aurait été joué d'avance : tu voulais croquer à pleine dents votre jeunesse, votre force, votre énergie et vos tempéraments de feu, di fières qu'aucun de vous n'avait été prêt, dans un premier temps, à accepter la moindre concession. Deux êtres entiers et ardents, deux êtres bouillonnants qui s'étaient, au cœur des coups, des cris et du sang, trouvés. Il y avait eu, dans votre relation, de nombreux heurts, mais à chaque fois vous parveniez à reprendre le dessus et à rebondir, pour décoller à nouveau et effleurer le firmament. Tu étais, à l'époque, comme ces anges auxquels l'on coupait les ailes : tes chutes étaient nombreuses, mais tu ne t'écrasais jamais sur le sol et, tel un Phœnix au corps brûlant, tu renaissais de tes peines, de tes souffrances et de tes désillusions, et tu l'aimais à nouveau, toujours plus fort.

Perdue dans tes pensées, tu n'avais entendu ni vu l'étalon qui s'avançait sur la plage. Seul son hennissement su te ramener à toi et au présent. Immédiatement, tu faisais volte-face, tes cours crins pétrole dansant sur son encolure de dame, soulignant ce port altier qui mettait en valeur ta tête et son chanfrein étroit et osseux. Si tu étais née sur ces terres et que tu les connaissais, ton exil avait été long, et maintes choses avaient été bousculées, aussi, tu ignorais tout de l'étalon à la robe de flammes. Sans crainte -la peur ne faisait plus partie de ton vocabulaire-, tu t'avanças vers lui, t'échappant des flots calmes qui baisaient régulièrement tes membres fins et secs. Avec plaisir tu sentais le sable se creuser sous ta masse, et tu t'arrêtas finalement à deux mètres de lui. Guerrière, tu te levas alors sur tes postérieurs, ton corps de jais se dressant au-dessus de lui, et tu le saluas d'un hennissement bref mais léger, dénué de toute agressivité. Tu n'avais pas d'intention belliqueuse, alors que le soleil embrasait les flots qui devenaient d'or.

« Salutations, Etranger.
©N.A.S.A.

Revenir en haut Aller en bas

Break
Maître de son élément




Messages : 1148
Inscription : 23/04/2012
Age : 22


Informations
Relations:
Bloc note:

MessageSujet: Re: 〄 Hold your Breath. | PV.   Lun 7 Avr - 18:04

Alors, ce n'était pas à une solitaire qu'il avait à faire, puisqu'elle vint à lui dans une allure souple et cadencée. Et alors qu'elle s'approchait, il put détailler plus amplement son corps. Elle avait l'air faite tailler pour la rapidité, et présentait un corps fait pour se plier à ses demandes. Agile, donc. Rapide et agile.
Break était plus robuste, mais tout en finesse lui aussi. Il possédait donc plus de force que la demoiselle, mais peut être serait-il moins rapide... Il fallait le voir, pour le vérifier.

Elle affichait clairement son caractère, qui paraissait déjà bien trempé. Elle cabrait, sans aucune agressivité pourtant, démontrant peut être une envie d'impressionner le maître du feu. Break sourit alors, légèrement amusé. Il avait bien envie de connaître qui se cachait derrière ce regard fougueux et ces manies de jeune chien fou. Et elle salua, respectueuse.

Break la fixa alors, et fit de même, parlant d'une voix rauque et masculine. Sa jeunesse était passée, et il était bel et bien un adulte à présent.

- Bonsoir, étrangère.

Et alors qu'elle avait parlé la première, il lui semblait raisonnable et juste qu'il se présente le premier. Chacun son tour.

- Je me nomme Break.

Le soleil dardait sur eux ses derniers rayons du jour, les plus chauds et agréables, comme ceux du matin. Break pouvait sentir la douce chaleur sur sa robe dorée et ressentit un léger frisson de plaisir parcourir son échine.
Un sourire satisfait étira ses lèvres, alors qu'il glissait son regard sur le visage de la jument noire de suie.

De quel territoire était-elle ? A qui appartenait-elle ? Aucune possibilité de le savoir, et il brûlait pourtant d'envie de connaître la vérité sur l'appartenance à un élément de l'étrangère. Les autres pouvaient très facilement deviner d'où était Break, il affichait clairement ses origines. Il était un pur feu, élevé dans le seul but de prendre la relève en haut de l'échelle hiérarchique du royaume du feu après son père. Break avait été destiné à devenir le guide des habitants de ce royaume, et ce n'était pas pour lui déplaire. Il était un leader né, et ne supportait pas de rester en retrait.
Finalement, et sans hésitation, il finit par lui poser la question de lui-même.

- De quel royaume êtes-vous ?

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité





MessageSujet: Re: 〄 Hold your Breath. | PV.   Lun 7 Avr - 19:47

Hold your Breath.


Ce soir, tu étais différente, tellement loin de ton caractère habituel ! Le monde te semblait beau et chaque chose trouvait à tes yeux un sens, une qualité. Oh, mais ces heures là n'étaient pas celle qui dessinaient souvent ton quotidien. Cruelle et réfléchie, tu avais toujours eu cette formidable faculté de te détacher de ceux qui n'appartenaient ni à ta famille ni à ton clan. Le malheur des autres, pour peu qu'il ne nuise à celui des tiens, ne t'intéressait pas, et souvent, tu te montrais d'une froideur extrême, toujours insolente et tellement sûre de toi que tu en devenais parfois détestable, voir, haïssable. Mais aujourd'hui n'était donc pas un de ces jours comme tu en avais écumés des centaines. Tu étais seulement revenue sur tes terres, et c'était avec bonheur que tu les retrouvais, visitant ces morceaux de paradis qui semblaient te reconnaître, toi la fille des étoiles, la fille des vents.

La voix de l'étalon était rauque, mélodieuse de ces accents du bel âge, et elle était indubitablement masculine, ce qui ne pouvait que renforcer sa prestance naturelle. Sous bien des apports vous étiez mêmes, bien que vous n'en saviez encore rien. Toi aussi, tu étais née pour régner, pour reprendre ce Royaume qui, comme tous, avait souffert de ces guerres fratricides. Et si ton père, si ardent et puissant, t'avait appris l'art du combat, il n'avait oublié de te transmettre la haine qui avait rongé le cœur de ta mère envers le Royaume de l'Eau. Digne héritière, tu savais quels étaient tes ennemis, et quels étaient ceux dont tu n'aurais pas grand chose à craindre.

Docile, bien que ce n'était qu'un air que tu te donnais, tu l'écoutas parler, buvant presque ses paroles. Tu voulais jouer, alors que tes vices te rattrapaient au galop. Tu voulais jouer, oui, mais tu ne voulais pas l'humilier. Seulement savoir si, comme toi, il serait fort et puissant de ses mots, s'il saurait rebondir sur tes pics que tu savais rendre blessants et piquants.

« Break. Votre nom m'est inconnu, à mon grand damne. Je tiens de mon père le secret de mon nom, cet héritage qu'il m'a laissé, pour que je le porte comme lui me portât, un jour.

Tu marquas une pause, tes yeux intelligents s'embrasant d'une lueur malicieuse.

« Blitz. Blitz K.

Tes mots, doux comme le plus fon des velours, s'étaient lentement échappés de ta bouche et, suaves, ils s'élevèrent dans l'air chaud aux forts embruns. Chacun votre tour vous répondiez à une interrogation de l'autre, qu'elle soit tacite ou explicite. Il te demandait de révéler à quel élément tu appartenais, ce qui te fit sourire. Il ne savait pas -ne pouvait pas savoir- que de l'Air, tu en étais la Maîtresse. Là serait ton premier jeu : tu ne dévoilerais tout de toi d'un bloc.

Aussi, tu fis volte-face, regardant désormais dans la même direction que lui et, sans même ciller un seul instant, tu fis se lever une puissante brise marine. Les nuages épars furent soudain chasser, se dispersant à tout va, alors que l'eau claire, elle, se fripait sous les bourrasques, les vagues grandissantes. Tu décidas de t'en arrêter là, tandis qque le vent frais vous frappa de plein fouet.

« De quoi éteindre ... un feu ?

Feintant l'insolence, tu lui décochas un large sourire, entrant parfaitement dans le rôle d'une jeunesse décadente qui voulait s'amuser. Mordrait-il à l'hameçon ? Tu le souhaitais, juste pour le plaisir du verbe.
©N.A.S.A.

Revenir en haut Aller en bas

Break
Maître de son élément




Messages : 1148
Inscription : 23/04/2012
Age : 22


Informations
Relations:
Bloc note:

MessageSujet: Re: 〄 Hold your Breath. | PV.   Sam 12 Avr - 20:16

Il plissa légèrement les yeux, aux paroles de la jument noire. Un sourire amusé étira ses lèvres, alors que toute son attention était rivée sur elle. Elle titillait sa curiosité, et l'attirait, indubitablement, cela lui plaisait. Il tenta alors de capter le regard de la demoiselle, en l'entendant parler encore, dévoilant son nom. Elle était confiante, assurément, sûre d'elle. Et sous les rayons orangés du soleil, elle semblait douce et apaisée. Mais peut être n'était-ce qu'une carapace, une image, un mirage, oui, peut être que sous cet air charmant, amusé et taquin, se cachait une force incomparable, un tempérament embrasé, malgré la non appartenance de la jument au royaume du feu.
Break avait hâte de la découvrir.

Surtout que cela commençait bien, et promettait un véritable feu d'artifice.
Blitz K.
Il imprima ce nom, et ce visage, dans sa mémoire, même s'il était sûr qu'elle ne le laisserait pas l'oublier, même s'il désirait la supprimer de son esprit.

- Jamais entendu parler non plus.

Un nouveau sourire discret prit place sur le visage de Break. Si elle ne le connaissait pas, cela voulait dire qu'elle venait tout juste d'arriver sur les terres de Denmoriny. Et pourtant, elle n'en donnait pas l'air. Et pourtant, elle n'en avait pas l'air. Quels étaient ses secrets ?
Le regard du maître du feu se fit plus intense, alors qu'il portait sur Blitz K une toute nouvelle attention, qui sonnait autrement que ce qu'il avait pu lui donner jusque là. Elle l'intriguait, énormément, et peut être même plus que ce qu'il aurait voulu.

Elle se tourna vers la mer. Et le vent souffla. Les nuages fuirent soudain, et la surface calme de l'étendue d'eau devint colérique, l'espace d'un instant. Les vagues s'écrasaient avec force sur la plage et l'eau éclaboussait le poitrail musclé de Break, alors qu'il observait, amusé. Elle était du royaume de l'air, et une fière représentante.
Pourtant, quelque chose le troublait. Si elle n'était pas là depuis longtemps, comment se faisait-il qu'elle contrôle si bien son élément ? Il se rappelait de Cursed Elf. Elle était à peine arrivée, alors, et elle avait beaucoup de mal à trouver sa place, dans le vent. Pourtant, Blitz K le faisait sans effort. C'était une simple gymnastique, un geste qu'elle semblait connaître par cœur. Il l'observait alors, en se questionnant quelque peu. Il pencha sa tête de côté, son regard cherchant celui de Blitz, lorsqu'elle lui lança une autre pique, bien plus maligne que la précédente.

- Ne vous a t-on jamais appris que souffler ravivait les flammes d'un feu, même presque éteint ?

Elle pouvait bien déclencher une tornade, une tempête, le feu n'en serait que plus puissant. Break appréciait le vent, tout autant que la chaleur. Les deux éléments étaient faits pour s'entendre. A deux, ils pouvaient être destructeurs. Et pourtant, Air et Feu, comme les autres royaumes, avaient du mal à entretenir une relation régulière. Mais Break n'avait que faire de ces querelles ancestrales. Il vivait au jour le jour, et chaque nouvelle rencontre, était un trésor de plus découvert dans la vie. Chaque être était unique, qu'il soit Feu, Air, Terre ou Eau. La vie offrait une infinité de tempérament, à découvrir.
Si elle n'était pas nouvelle, mais qu'elle ne le connaissait pas, il n'y plus qu'une seule possibilité : elle avait vécu ici, puis était partie, pour revenir. Et le fait qu'elle ne le connaisse pas, prouvait qu'elle était revenue récemment.

Une lueur chatoyante brillait dans le regard de Break. Alors, Blitz K, quels sont tes secrets ?

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité





MessageSujet: Re: 〄 Hold your Breath. | PV.   Sam 12 Avr - 22:11

Hold your Breath.


Quels étaient tes secrets, quels étaient tes rêves passés, tes souvenirs écumés ? Oh, tu aurais eu tant de choses à dire ! De tes voyages, tu aurais pu lui en dessiner mille peintures et lui montrer ou l‘aurore ou le crépuscule qui, chaque matin ou soir, s’étaient révélés toujours plus beaux et vifs à tes yeux pétillants et avides de vie, de sensations et de sentiments. Confiante, tu aurais pu le guider vers ton âme vibrante, lui en ouvrir la porte pour qu’il puisse s’y plonger et y dévorer chaque page que tu avais écrite et décorée avec toujours plus d’ornements. Chaque jour de ta vie avait été un cadeau, et comme ton père t’avait appris à vivre, tu avais su en extraire les plus pures essences, en cerner les plus délicats détails et, ainsi, tu avais grandi dans un monde toujours un peu plus beau et vrai, dans un monde qui prenait un sens nouveau, qui se réinventait au gré des saisons, au gré des âges. Tu n’avais que cinq ans, et pourtant, tu pouvais déjà te targuer d’avoir vécu, d’avoir écumé ces sensations impétueuses qui, souvent, t’avaient plongée en leurs tourments, te faisant danser de ces pas qui n’appartenaient qu’à ceux qui savaient. Oh oui, tu aurais pu lui raconter bien des choses, lui dessiner bien des mondes. Mais aurait-il su voir, à travers tous ces instants, les minutes que tu avais volées au temps ? Serait-il parvenu à deviner ces secondes d’éternité durant lesquelles tu avais su être calme et attentive, ces secondes où tu avais su souffrir et goûter aux douleurs les plus sourdes, aux rages les plus amères ? Des autres, de ceux que tu ne choisissais pas du moins, tu n’attendais rien, t’offrant le luxe d’être certaine que jamais ils ne pourraient te décevoir, puisque exempts de tout germe d’espoir de ta part. Aussi, ils passaient à côté de toi, telles des ombres muettes et aveugles, et tu les effleurais seulement, croisant des traits brouillons de mouvements, des esquisses inachevées de sentiments. Lui, pourtant, dégageait autre chose, et son corps, malgré lui peut-être, te parlait davantage que ses squelettes enveloppés de chair que tu avais croisés tantôt. En lui résidait un savoir ou une croyance qui avait guidé sa vie : comme toi, il avait goûté aux fruits aigres-doux des plaisirs, et comme toi encore, il savait l’essence même des jours et des années qui, sans discontinuer, défilaient. C’était pour toi une certitude, une évidence, tu le sentais.

Et plusieurs fois il chercha tes grands yeux noirs, espérant peut-être y surprendre le vol de tes pensées qui dansaient sur ton front, multiples et vives. Mais tu t’amusais de ces vents qui se pliaient à tes ordres fantasques, éclipsant quelques secondes cet être charmant que tu intéressais, et que tu étais désireuse de provoquer. Ton sourire s’étira, alors que tu devinais ce qu’il voulait voir. Et dans des gestes lents, tu posas finalement ton regard dans le sien. Tu savais que tes yeux renfermaient ce rare reflet bleu, d’une intensité des plus chères et des plus précieuses, mais tu savais aussi que, bien qu’ils soient sans fond, ils pétillaient d’étincelles, de malices et d’intelligence. En tirerait-il des conclusions ? Seraient-elles justes ? L’idée t’amusait, et te jouant une fois de plus de ton insolente jeunesse, tu courbas davantage ta fine encolure, ton port altier s’en trouvant sublimé si cela était possible.

Une jeune rose sauvage aux épines empoisonnées, c’était sans doute ce que tu étais. Pourtant, si l’on pouvait te dire belle, lui aussi répondait à ces critères. Grand et fort, tu devinais sans mal ses muscles sous sa robe aux reflets chatoyants. Tu le devinais doux et fort à la fois, ardent dans sa façon d’être et sans doute d’aimer aussi. La brise marine t’apportait sans cesse son odeur, marquée mais agréable, suave comme ces immenses étendues sèches. Vous étiez-vous trouvés, malgré le peu de mots échangés ? Tu te savais passionnée, et malgré ces emportements que tu te connaissais, tu avais appris à prendre du recul, après coup parfois, mais désormais, tu savais faire la part des choses. Peut-être vous emporteriez-vous sous ce soleil agonisant, mais rien n’était plus incertain que ce que vous garderiez chacun de cette rencontre.

« C’est ce qu’ils m’ont dit. Mais comment savoir ? J’ai toujours pensé qu’il existait plusieurs natures de feu. Que la bougie qui se consumait pouvait mourir d’un simple souffle. Mais que les incendies, que les torrents de flammes, eux, se nourrissaient en effet du vent.

Tu fis une pause, le fixant plus intensément encore. Tu n’avais jamais eu peur des mots, ni des conséquences d’ailleurs. Ton poitrail se souleva plus fortement, et tu terminais, lâchant dans un souffle presque court mais toujours aussi mélodieux, et plus caressant peut-être :

« Renfermeriez-vous des braises qu’il faudrait raviver, Guerrier de Feu ?

Et j’ai aimé me brûler les ailes ; mais toi, entreras-tu dans cette danse flamboyante, heurtée pourtant par la tempête qui au loin menace ?
©️N.A.S.A.



Waho ! J'adore vraiment ta réponse, tu écris si bien !  ❤ 
Revenir en haut Aller en bas

Break
Maître de son élément




Messages : 1148
Inscription : 23/04/2012
Age : 22


Informations
Relations:
Bloc note:

MessageSujet: Re: 〄 Hold your Breath. | PV.   Ven 18 Avr - 14:25

[Désolée pour le retard, j'ai été surchargée durant la semaine ♥ Et merci, mais je trouve que tu écris bien mieux !]

Qu'elle était malicieuse, cette lueur qui brillait dans ce regard noir, comme les océans, et si profond. Elle avait le goût de la vie et des passions, d'un abandon aux plaisirs et aux désirs, et il pouvait lire aisément en elle, qu'elle vivait au jour le jour, et cueillait les lendemains à la symphonie d'un Carpe Diem bien trop peu respect par le commun des mortels. Elle avait ce quelque chose alors, qui le rendait jalousée, surement par lui-même aussi, de voir la vie aussi simplement, tout en ayant conscience de sa complexité. Et finalement, il trouvait le personnage bien plus passionnant et l'excitation de sa présence, à ses côtés, ne rendait cette rencontre que plus explosive aux yeux du maître du feu.

Elle avait vécu, des choses et d'autres, et vu le monde au dehors. Plus aucun doute sur cela, elle était d'ici et venait d'ailleurs, de l'extérieur. Elle avait expérimenté nombreuses choses. C'était une adulte. Avec l'énergie de la très jeune jeunesse. Son physique ne pouvait démentir ça, elle ne devait pas avoir plus de 6ans, au plus. Et pourtant, lorsque Break croisait son regard, il avait l'impression de parler à son égal. C'était un réel plaisir, et il l'exprimait en la regardant avec une tendresse passionnée et un sourire vraie, chaleureux, une pointe de malice peut être.

On ne rencontrait que trop peu de personnage dans le genre de Blitz K.

- Ce sont des feux de pacotilles alors... Ma chère.

L'encolure quelque peu courbée, en la regardant, taquin, entre deux mèches de crins blancs, un sourire étirant ses lèvres. Peut être charmeur, ou bien sans aucun sous-entendu. Le mystère, quel mystère.
Oh Blitz K. tu désires jouer, et lui peut être bien, oui, qu'il dansera avec toi, qu'il y jouera aussi, au jeu des mots, aux paroles cinglantes et caressantes. Il en a connu des plus dures, et il sait qu'aucune venant de toi, étrangère, ne lui fera plus mal que ce qu'il a déjà entendu sortir de la bouche de son aimée. Il connait les illusions, et perçoit la différence dans les tons, les expressions. Aussi prenait-il du plaisir, à bavarder avec elle, la fille du vent qui entretenait ce voile autour d'elle. Voile qui désirait déchirer au plus tôt, impatient. Et pourtant, il savait qu'il devrait s'y prendre avec douceur et lenteur, et patienter, et surtout, être exigent avec lui-même pour ne pas fauter, et abîmer l'objet de ses désirs : Blitz K., sous le voile.

- On dit que les feux intérieurs sont les plus beaux.

Une nouvelle lueur de malice, et soudain, il bondit en avant et la frôla, son regard ne lâchant pas le sien. Il s'immobilisa juste à côté d'elle, la regardant par dessus son épaule.

- Le mien est le plus grand brasier que la terre ne serait capable de porter.

Un sourire, et il s'éloigna, au petit trot, pas trop loin, cependant, car toujours il se retournait vers elle, pour dévorer ce regard qui, décidément, il affectionnait tant.
Une invitation au jeu, devenue soudainement silencieuse, car seules les expressions sur son visage parlaient pour lui. Y répondrait-elle ? C'était une certitude, et il était tellement impatient, de la lui lancer, qu'il ne tint plus, et s'élança.

Une flamme jaillit dans les airs, à cet instant, précis, en une seconde, précise, sous le regard embrasé du Feu, et son sourire joueur et confiant.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité





MessageSujet: Re: 〄 Hold your Breath. | PV.   Sam 19 Avr - 22:06

Hold your Breath.


Nombreuses étaient les pages que tu avais écrites, paraphées et raturées, retravaillées encore, à la lueur seule des bougies que tu allumais et que tu déposais délicatement sur ton chemin, comme pour dire que tu étais passées, que tu avais vu et que tu avais vécu. Nul endroit n’avait jamais réussi à te garder, toi qui t’émerveillais encore de tout. Seules ces terres avaient réussi à te rappeler, et fière comme l’aigle qui survole ses montagnes, tu te débattais comme un beau diable sur la plage, fixant sans relâche cet étalon à la robe flamboyante. Il te semblait si proche de toi, comme si vous étiez mêmes, et en même temps si loin, comme si jamais vous ne sauriez vous rassasier de l’autre. Et si vous posiez des mots hauts et riches, ils n’en disaient pas assez, et hésitante, tu commençais à trembler de cette fièvre passionnée, dévorante et cruelle.

Parfois, quand tes yeux couraient sur son corps, les rares pages de ton histoire que tu avais laissées en état se rappelaient à toi. Jeune encore, tu avais déjà aimé, avec toute cette force sauvage qui courait en toi. Sans réserve, tu t’étais offerte, te jouant de ton corps et de ta naïveté, te transformant en une muse farouche et incendiaire. Les caresses s’étaient confondues en morsures et en coups, alors que vous dansiez sans cesse, sans jamais vous arrêter, désireux de voir lequel de vous céderait le premier. Mais derrière cette haine se cachait un véritable amour, cru et terrible, mais sincère et loyal. Oh, que tu l’avais aimé, et qu’il t’avait touchée, toi la muse de jais ! Pourquoi t’étais-tu détourner de lui, abandonnant ton seul complice, le seul qui avait su cerner de toi chaque nuance, chaque parfum et chaque couleur ?

Tu connaissais le monde, et si tu avais appris une chose, c’était que le passé ne pouvait être réécrit. Jeune et belle, tu avais l’arrogance de dire que tu n’avais pas de regret, toi qui vivais au jour le jour, cueillant chaque matin cette immortelle promesse qu’était la vie. Pourtant, quand tu voyais cet étalon de feu, tu ne pouvais t’empêcher de penser à lui qui dansait encore tes côtés dans chacun de tes rêves. Saurais-tu aimer de nouveau, t’abîmer sur un autre roc et t’offrir encore, sans retenue ? Je veux que l’on fasse flamber mes ailes, que l’on brûle mon âme.

« Alors, il ne me servirait à rien de souffler dessus, puisque ce feu se consume déjà ?

Il ne nous servirait à rien de nous aimer, même une seule fois ? Et si je mêlais mes pas aux tiens, entrant dans ton infernale danse, mon cœur ne saurait battre au rythme du tien, l’espace d’un soir seulement ? Et pourquoi donc viens-tu me rappeler la morsure de l’amour farouche et impétueux, si tu ne veux de moi rien d’autre que quelques pas ? Pourquoi ne pas me défier, pour pouvoir prétendre un jour m’avoir faite vivre de quelque chose ? Je ne sais faire autre chose que d’aimer ou que de haïr. La balle est dans ton camp, désormais.

Joueuse, tu ne craignais pas de t’avancer, et comme il semblait t’inviter de ces yeux pétillants, tu le suivis, entrant dans danse, une flamme déchirant le ciel. Il était habile de ses pouvoirs, et tu ne pus qu’en sourire. Mais déjà, tu invoquais à toi l’air et tu enveloppais sa flamme d’un courant frais, contorsionnant cet enfer qu’il avait allumé. Un sourire mutin passa sur tes lèvres alors que tu le dévisageais et, pour le déstabiliser, tu vins frôler son flanc de tes naseaux brûlants.

N’aimes-tu donc pas ma ténébreuse et décadente jeunesse ? Cette plage n’appartient qu’à nous, danse donc pour me faire rêver de ces chevaliers que je ne verrai jamais, qui ne viendront jamais me sauver. Et toi, qu’es-tu donc ?
©N.A.S.A.

Revenir en haut Aller en bas

Break
Maître de son élément




Messages : 1148
Inscription : 23/04/2012
Age : 22


Informations
Relations:
Bloc note:

MessageSujet: Re: 〄 Hold your Breath. | PV.   Ven 25 Avr - 12:16

Et habiles de leur mot, ils jouaient à deux, et dansaient et dansaient, sous le soleil couchant, sous le soleil levant, peu importe, il dansait, elle dansait. Elle s'embrasa, pourfendant le ciel d'une chaude lueur orangée, semblable au ciel et pourtant, elle était vivante et palpitante. Et le vent soufflait, et elle se consumait, pour devenir plus grand et plus vive, pour vivre plus longtemps.
Et il dansait, et il crachait, de nombreuses flammes, de nombreux feu, originaires du sien, du plus grand qu'il protégeait dans sa chair, au fond de son âme. Dans sa poitrine, son cœur tambourinait et son sang giclait abondamment dans ses tempes, et dans ses veines, et il dansait et il dansait. Et elle s'embrasait. Et habiles de leur mot, ils jouaient à deux, et dansaient et dansaient, s'embrasaient, s'embrassaient presque.

- Le vent nous fait grandir.

Et regarde, regarde, ce que nous faisons à deux. Regarde, regarde, le fruit de notre union, dans le ciel, qui touche les nuages, presque, dans le ciel, au plus haut, au plus grand. Regarde notre union, n'est-elle pas incroyable ? N'est-elle pas resplendissante ? Elle est pareille au long spectacle de la vie, et elle vit, et elle voit. Et elle ressent, et il ressent. Et il danse. Il brûle, il se consume.
Ses naseaux brûlants, sur sa peau, son regard embrasé dans le sien, et il danse et il danse, et il se consume, comme le ciel se consume.

Regarde comme le vent me fait grandir, regarde comme ton souffle me fait souffrir, de n'avoir trop aimé que le ciel et ma liberté, de n'avoir trop aimé. Regarde, comme le vent me fait grandir, regarde moi, regarde moi autour de toi, de n'avoir que trop aimé, de n'avoir pas assez brûlé.
Moi, je ne suis qu'un être de passion, et d'abandon. Moi, je ne suis que le reflet d'une maladie d'amour, qui me consume, chaque jour alors, qu'elle s'éloigne de moi, de nous, ma Danaé. Regarde moi. Regarde moi, comme le vent me fait grandir pourtant, et comme je brûle avec le ciel que je consume.

Et regarde nous, regarde nous, ici, sur la plage et sous le soleil, et sous le ciel que nous embrasons, sans effort, fruit de notre union. Nous sommes faits l'un pour l'autre, nous sommes vent et feu, nous sommes l'illusion, qui souffle et la poussière s'envole, et nous sommes la chaleur d'un bois qui s'embrase, pour ne devenir que cendres. Et regarde nous, regarde nous donc, et regarde moi. Ne vois-tu pas comme je t'aime ? Ne vois-tu pas comme on s'aime ? C'est une évidence, c'est flagrant. Et pourtant, Blitz K., on ne se connait pas, et pourtant Blitz K., tout nous sépare.
Regarde moi, regarde moi, danser à tes côtés et brûler, et tu me souffles, et je te brûles. Et nous peignons le ciel de mille couleurs, avec le vent, avec mon être.

Nos feux intérieurs sont les plus beaux. Et ils se consument déjà. Mais soufflons un air de renouveau, et dansons, dansons tandis qu'ils s'embrasent ensemble, sous le ciel qui se pourfend de couleurs semblables aux miennes.

Dansons, dansons, Blitz K., tant qu'il en est encore temps. Tant que notre ignorance nous protège de sentiments plus passionnés. Tant que nos cœurs sont inconnus l'un à l'autre.
Toi, fille du vent, moi fils du feu. Nous sommes des nomades, dans la vie, nous voyageons, nous parcourront la terre. Faisons ainsi, ce soir.

Laissons nous de côté et dansons, fille du vent, danses avec moi.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité





MessageSujet: Re: 〄 Hold your Breath. | PV.   Dim 27 Avr - 17:14

Hold your Breath.


Vous n’aviez plus besoin de mot et déjà, il te semblait que vous vous compreniez, vos éléments se complétant pour allumer de véritables brasiers qui couraient ensuite jusqu’aux flots et qui, sur la surface tumultueuse de la mer, dansaient encore, survolant cette étendue agitée et furieuse avec dédain et cruauté presque. Et comme vous étiez beaux, danseurs fous et endiablés ! Vos corps se répondaient, se frôlant parfois, alors que muse rêveuse, tu attrapais chacune de ses flammes pour la faire danser encore, pour préserver ses ardents élans et ses envolées flambantes. Ton regard noir et mutin cherchait le sien sans cesse, et sans crainte, tu te montrais chasseresse et voleuse, lui promettant que tu l’aurais, lui qui était ton partenaire de danse, de lutte contre le reste du monde entier. Rien n’existait encore sinon vous, amants terribles qui se débattaient au milieu de l’enfer que vous aviez vous-mêmes allumé.

Pourtant, et tu le savais, ce n’était pas l’impérieux sentiment amoureux qui vous unissait. Beaux et élégants dans vos attitudes, vous vous attiriez sans doute, mais votre âme restait à l’autre inconnue, tourelle bien gardée et imprenable presque. Vos pas sur le sable chaud, cesseraient-ils un instant et, à bout de souffle, poseriez-vous des mots sur vous, pour dévoiler vos âmes et vos cœurs fumants ? Ou comme toi son cœur battait-il pour une autre déjà ? Aimait-il, était-il aimé ? Tu n’en savais rien, et au milieu de ces flammes et de ces vents, ce détail n’avait pas d’importance : seuls comptaient les pas et les éléments qui, sans cesse, s’entrelaçaient dans de langoureuses caresses.

Et que vous étiez vifs et habiles de vos dons ! Tu répondais à chacun de ses appels comme il répondait aux tiens et, bientôt, le ciel et les flots n’étaient déjà plus qu’une seule et même fournaise brûlante. Tremblante presque, tu cessas ta course qui te ramenait finalement toujours au même point : à ses côtés. Tes membres fins mais puissants cessèrent de s’agiter ou de danser, et ils se plantèrent dans le sol, alors que ton poitrail se soulevait rapidement. Une fois de plus, tu posas tes yeux dans les siens, et de cette voix éthérée mais pleine des passions les plus ardentes, tu lui murmuras, tout bas :

« Et le feu réchauffe nos cœurs qui, pour un instant, retrouvent le plaisir amoureux, bien qu’ils ne fassent que s’illusionner quant à des gestes ou des attitudes. Cruels, nous sommes cruels de leur infliger tout cela.

Tes prunelles sombres brillaient d’un étrange éclat et d’une détermination si vive qu’elle en devenait singulière. Etait-ce là l’ultime coup d’œil que tu lui abandonnais, lui dont l’esprit cavalait par instant vers un autre corps ?

« Mais qu’il est bon de combler ce manque par une si brûlante morsure. Danse encore, guerrier, jusqu’à t’en briser le corps. Danse encore, le monde n’appartient plus qu’à nous et nous en sommes les seuls survivants.

Danse, et admire cet enfer que nous avons allumé seuls, à force de volonté et de caresses.

Danse.
©N.A.S.A.

Revenir en haut Aller en bas

Break
Maître de son élément




Messages : 1148
Inscription : 23/04/2012
Age : 22


Informations
Relations:
Bloc note:

MessageSujet: Re: 〄 Hold your Breath. | PV.   Ven 2 Mai - 12:10

Non, il n'était pas en train de tomber amoureux. Non, la sulfureuse Blitz K., n'était pas en train de gagner son cœur, pas après pas. Tout cela, avait un autre sens, un autre sens. Et l'amour, grandissant, celui qui vous épanoui, celui qui vous porte au plus haut, au plus fort, à la conquête du monde, et l'amour, n'était pas présent lorsqu'il la regardait danser avec lui. Et l'amour, oui, celui qui lui poignardait le cœur sans cesse, celui qui l'enflammait, celui qui le consumait, et l'amour, celui là, n'était pas présent lorsqu'il tournait son visage vers Blitz K., et qu'il lui souriait. Il n'y avait pas d'amour pour elle, il n'y avait pas d'amour. Il n'y en avait que pour Danaé.

Ici, là, c'était autre chose. C'était aussi brûlant, c'était aussi passionné, que les sentiments amoureux. C'était aussi sulfureux et douloureux. C'était aussi passionnant. C'était un désir fou. C'était un jeu, entre eux deux. Séduction, passion, abandon. Mais pas d'amour, non, il n'y avait pas d'amour dans son regard.
Et elle lui murmurait, leur amour, son amour, illusion, mais amour tout de même. Et lui, il souriait, désolé, et touché, tout de même.

- Le feu qui se consume. En moi. Il brûle pour elle.

Et il ne s'éteindra jamais. Il brûle, il brûle, comme les flammes que le doré lance dans le ciel, et qu'elle embrase d'un vent violent et délicieux. Il aime. Il aime comme il n'a jamais aimé. Et il n'a pas besoin de combler un vide, un manque. Parce qu'il aime, et même s'il a mal, le plus important, c'est ce feu intérieur, qui continue de brûler, toujours plus puissamment, pour elle, fille de l'eau.
Ce feu, qui brûle, et que jamais, une de tes tempêtes ne pourraient éteindre.

Il s'arrêta, et fixa Blitz K., avec un nouveau sourire, doux et tendre. Avec elle, c'était différent, ce n'était pas de l'amour, c'était autre chose. Un désir fou, auquel il ne fallait jamais succomber. C'était ainsi, le sens qu'il donnait à cette danse. Avec la jument noire, elle qui virevoltait dans la brise, et qui faisait grandir chaque flamme qu'il soufflait. Mais non, il ne l'aimait pas. Pas du même amour qui le prenait à chaque fois qu'il repensait à Danaé. C'était fou. C'était de la folie pure. Elle le faisait souffrir, leur relation était si tendue et compliquée en ce moment, mais il ne pouvait l'aimer plus. Il ne pouvait pas l'aimer plus qu'il ne le faisait déjà. C'était une évidence, et parfois alors même qu'il avait envie de l'étrangler, cette rouanne mal léchée, il l'aimait plus encore. Et le feu brûlait pour elle à présent.

- Je n'ai aucun manque à combler, Blitz K.


C'était une évidence aussi : malgré tout, Danaé l'aimait aussi.
Les yeux brillants, de cette nouvelle révélation, cette vérité qu'il avait mis du temps à assimiler, il leva la tête vers la jument noire et s'approcha d'un pas.

- Nous ne dansons pas sur la même musique.

Il recula de deux pas.
Non, le monde appartenait à tous ceux qui voulaient bien le voir. A tous ceux qui se sentaient prêts à le conquérir. Break était de ceux là. Blitz K, était de ceux là. Et beaucoup d'autres, avec eux. Le monde n'appartenait qu'à ceux qui ne baissaient pas les bras, à ceux qui se levaient tôt, à ceux qui se battaient chaque jour. Aux courageux, aux braves, aux mères et aux pères, aux guerriers, aux justes. Le monde appartenait aux aventuriers, aux explorateurs, aux passionnés. Le monde était un défi perpétuel. Et chaque jour nouveau, était une nouvelle chance pour chacun de ceux qui s'étaient battu la veille, ou ceux qui avaient abandonné.
C'était ainsi. C'était sa musique.

Le regard brûlant, encore, désireux de la jument noire, de cette fille du vent, si différente. Le regard brûlant, et le cœur, un brasier.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité





MessageSujet: Re: 〄 Hold your Breath. | PV.   Mer 7 Mai - 19:31

Hold your Breath.


Non, vous ne vous aimiez pas, et ce n’était pas ce que tu attendais, ce que tu voulais de lui. Peut-être interprétait-il mal tes gestes, tes élans ou tes mots, mais en aucun cas tu ne lui demandais son amour. Aucune passion n’aurait su être encore à la hauteur de celle qui t’avait éreintée quand, plus jeune, tu avais croisé cet étalon plein de feu et de violence, cet animal aussi cruel que toi presque, mais cet animal qui avait tout tendu vers ton être, te désirant tout en te détestant. Oh, comme vous aviez été beaux, ensemble ! Chacun fort de l’autre, le monde s’était plié sous vos sabots d’ardoise et, insolente, tu avais régné en impératrice, décidant de tout et même de vous.

Vous. Mais qu’avais-tu donc fait de lui, bel animal dont le cœur pompait un sang presque noir, un sang qui, souvent, avait suinté sur vos corps, alors que dans d’interminables joutes, vous vous embrassiez, mêlant ces cris de rage à vos ardentes caresses. Et même s’il n’était pas là, même si celui qui dansait à tes côtés te parlait, ton corps frissonnait de ce souvenir aussi aimable que pernicieux. Et sans même t’en rendre compte, tu le cherchais encore, tu le cherchais partout, alors que c’était toi qui avais rompu le pas. Pourquoi ne t’étais-tu pas retournée ? Pourquoi ta voix aux accents si légers et sensuels n’avait pas résonné dans l’air, lui avouant toutes ces choses que tu n’osais lui dire ?

Et je ne t’aime pas, Break. Comme je n’attends de toi aucun amour. Nous pouvons nous embraser, rebondir sur les mots ou les pouvoirs de l’autre, nous pouvons nous élever pour le seul plaisir de mieux nous briser encore, oui, mais nous ne pouvons nous aimer. Nous sommes trop ardents, et aucun de nous ne saurait canaliser l’autre, et à force, nous détruirions cette terre mugissante déjà. Et je ne t’aime pas, toi que j’affectionne déjà. Je ne t’aime ni t’aimerai, mais je crains de t’apprécier comme un ami. Un ami auquel je saurai peut-être devenir fidèle, et qui sait, un ami duquel je deviendrai le meilleur allié ? Alors fais-moi danser encore, et retrouve-moi parfois, mais sans m’aimer de ce cœur amoureux qui bat déjà. Je ne veux rien casser ni briser, je ne sais que trop l’impétuosité de ces sentiments. Je ne veux pas charmer ton amour, seulement retrouver la satisfaction de plaire par le corps et l’esprit. Sois juste mon ami, permets-toi ces gestes ardents qui nous brûlent, mais ne te trompe pas : je ne veux pas que tu m’aimes, et je ne l’attends pas.

« N’entends-tu donc pas le roulement infernal de ces lointains tambours ? Ils ne touchent que moi, et leur mystérieuse misère m’est propre. Ils chantent mon nom, accompagnant ces trompettes qui, du fond des temps et des âges, m’appellent. Non, nous ne dansons pas sur la même musique, mais j’espérais peut-être pouvoir trouver ici un allié.

La voix de Bliss s’était faite plus lointaine, comme si à présent, elle le faisait entrer dans sa dimension, lui expliquant à demi-mot ce qu’elle éprouvait à cette heure étrange, alors que ses membres s’étaient remis en mouvement, se soulevant avec délicatesse et légèreté au-dessus du sol.

« Je n’ai plus rien ici, sinon mes souvenirs qui me rappellent qu’un jour, toutes ces terres étaient mon terrain de jeu. Je ne connais rien de toi, mais ensemble, je nous vois et nous sens plus fort. Pourtant, ce n’est pas de l’amour, ce n’est pas une demande, et je te souhaite seulement d’être épris d’une autre qui saurait t’aimer pour ce que tu es. Moi, ce que j’attends de toi ne dépend pas du sentiment amoureux : comme toi, j’en aime un autre. Ce que je veux, ce que je voulais, c’était trouver une âme qui aurait su faire écho à la mienne et nager dans ces océans de désirs. Je voulais un compère, un ami, un confident peut-être et un allié sans doute. Mais toi, que cherchais-tu ?

Légère, tu t’écartas ensuite de lui, t’échappant vers ces flots tumultueux, tes sabots tranchants en creusant les arrêtes. Une écume épaisse et chaude presque t’assaillait, dessinant sur ta robe de jais d’étranges motifs blancs, comme autant de cicatrices.

Break n’avait pas compris ce que tu voulais, et il pensait déjà que tu cherchais son amour. Oh, mais il se trompait ! Il se trompait, oui, mais comment aurait-il pu savoir que ton cœur était déjà au diapason avec celui d’un autre ? Mais plus que ça, son attitude t’avait presque blessée. Pour qui te prenait-il ? Pensait-il sincèrement que tu n’étais qu’une de ces juments de cire, à fondre pour seulement deux malheureux pas, deux malheureux mots ou regards ?

Tu pensais qu’il avait compris de toi que tu étais un de ces êtres ardents, vivants. Un de ces êtres qui ne vivaient que de passions, s’embrasant pour un rien. Tu ne voulais pas son cœur, seulement son corps et ses gestes. Tu voulais goûter à ses passions et à son verbe, mais pas à la chanson de son cœur.

Muse blessée, allais-tu demeurer à ses côtés, à faire voler ses flammes et à faire vivre ses feux ? Déçue presque, tu t’enfonçais toujours dans les flots houleux, t’éloignant de lui à chaque pas.

Tu ne saurais donc me comprendre, Break ? Pourtant, je nous pensais proches. Je voyais en toi un égal presque, une âme vive qui s’abandonnerait à ces longues danses, s’amusant de tous ces jeux charmants et séducteurs, mais sans s’éprendre pourtant. Nos gestes, nos regards et nos caresses auraient su n’être que des leurres, et jamais nous n’aurions trompé nos cœurs. Adorer un ami, c’est ce que j’attendais … Mais tu m’as jugée, et tu m’as décidée faible. C’était une erreur, Break.
©N.A.S.A.

Revenir en haut Aller en bas

Break
Maître de son élément




Messages : 1148
Inscription : 23/04/2012
Age : 22


Informations
Relations:
Bloc note:

MessageSujet: Re: 〄 Hold your Breath. | PV.   Mar 24 Juin - 12:13

Mais toi que cherchais-tu ?

La question fit un froid dans son cœur et le silence, dans sa tête. Et lui, que cherchait-il enfin, en venant se frotter à Blitz K. ? Et lui, que cherchait-il à faire brûler ce feu qui finalement, n'avait pas plus brûler en la présence de la noiraude ? Que cherchait-il ?
Il sent qu'elle lui en veut, qu'elle s'éloigne. Mais c'était si beau, pourquoi tout gâcher ainsi ? C'était si naïf. Et à cause d'un malentendu, d'un geste mal compris et de paroles mal interprétées, elle s'éloignait, sans cesse, et la mer la dévorait alors. Break n'hésita pas longtemps, et marcha vers elle.

Oui, c'était une erreur, et alors ? Le monde s'arrêtait-il à une erreur ? Il ronfla, pour se donner du courage, gonflant le poitrail et finalement, il éclata. Il aimerait tant se rattraper. Alors il chercha ses mots d'abord, silencieux, et aucun ne vint, car toujours la question dans sa tête : et toi que cherchais-tu ?

En elle, surement une amie. Car à ses paroles, tout lui avait paru une si belle évidence. Elle était comme lui, et s'en était frappant. Elle était comme lui, et pris de court, il s'était laissé surprendre. Et perturbé, par son vécu, par l'amour, par le brasier, il n'avait pas su suivre le rythme et il avait fauté. Mais, le monde s'arrêtait-il à une erreur ?
En elle, surement la vérité. Elle lui avait donné une claque. Et ses idées bien en ordre, un lourd poids s'envolait de ses épaules. Elle se montrait à elle, comme il était bien avant, il y avait de cela quelques mois. Elle était là, et sa présence lui murmurait "Mais où vas-tu Break ?" et soudain, il se rendait compte qu'il se laissait beaucoup trop aller, et qu'il en oubliait le principal. Il parla enfin et lui avoua tout.

- Tu sais, je crois bien que tu es le souffle pour rallumer le brasier. Tu es ce souffle là, et j'en avais grandement besoin. Alors pour ça, merci. Merci Blitz.

Il s'approcha encore, heurté par la distance qu'elle lui imposait. Il se sentait si proche à présent, et peut être bien qu'elle ressentait le contraire. C'était douloureux.

- Je n'aurais jamais pensé rencontrer un autre moi. Surtout pas maintenant. Mais je crois que le hasard fait bien les choses.

Suivre la voie, Break, et ne jamais s'en écarter. Ne jamais douter. Ne jamais regretter. Oh ça, il l'avait oublié. Et voir Blitz, et cette rencontre, tout cela, il l'avait à présent bien en tête. Il était loin maintenant, l'étalon perdu et mélancolique. Il était loin maintenant, celui qui pardonnait tout par amour et qui se laissait souffrir en silence. Break se sentait plus fort. Plus confiant, à présent. Vivre toutes ses passions et ne jamais passer à côté. Car c'était ça, vivre.

- Tu m'as aidé, Blitz, et je crois que je ne me suis jamais senti aussi bien que maintenant.

Et peut être que leur petite altercation en était pour quelque chose aussi. Et cette claque, aurait-il réagi autrement, si elle ne la lui avait pas donné ? Se serait-il retrouvé ?

- Je crois bien que ce je voulais, c'était la vérité. Et tu me l'as donné.

Son regard divagua, puis il se lança une nouvelle fois. Peu importe les coups, il fallait le dire. Et le vivre.

- Tu es mon âme-sœur.

Son autre lui. Sa moitié.
Et non, ce n'était pas par amour. C'était une véritable symbiose. Le même chemin de vie, les mêmes envies. Les mêmes désirs, et cet abandon au plaisir. C'était fou. Et il ressentait de la joie, à la pensée qu'il avait trouvé quelqu'un qui lui ressemblait en tout point. Alors il laissa ses yeux pétiller et un sourire fendre son visage.
Non, ce n'était pas de l'amour, car il en aimait une autre. Mais c'était tout autre chose pour elle. Elle, qui était son équivalent au féminin.

Et il espérait bien qu'elle lui pardonne son erreur. Pour qu'il puisse lui donner autant qu'elle venait de lui donner.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité





MessageSujet: Re: 〄 Hold your Breath. | PV.   Ven 27 Juin - 12:13

Hold your Breath.


C'était patiente qu'un jour tu avais commencé à monter ce château. Un simple château de cartes dont beaucoup se moquaient. Mais de tous, c'était toi qui avait l'avantage : les as étaient entre tes mains. Tu t'inventais impératrice, devenant implacable et cruelle. Les autres, tu n'en avais pas besoin. Ils n'étaient que de simples pions que tu déplaçais à ta guise, et qu'importait s'il fallait les sacrifier : ils n'étaient rien. Rien. C'est ce que tu pensais du moins. Ce que tu voulais penser, plus exactement. Mais tu l'avais rencontré, hors de ces terres, hors de ce monde peut-être. Tu l'avais rencontré et tu avais découvert cette extrême sensibilité qui vivait en toi. Et de ce sentiment, fragile et pauvre, tu avais fait naître de nouvelles choses. Cruauté et sensibilité faisaient, paradoxalement, bon ménage. Désormais, tu pouvais cerner tes proies pour leur infliger le plus de peines possibles. Et à ce jeu là, tu te découvrais douée.

Mais Break n'était pas un pion. S'il dansait sur l'échiquier de ta vie, il n'était pas une simple pièce de bois. Comme toi, il était de marbre ou d'ivoire et, sans relâche, il sillonnait ces carreaux noirs ou blancs, rouges ou bleus. Un fou, comme toi. Un fou de passions, de grands sentiments et de vérités profondes. Était-il cruel ? Peut-être. Mais qu'importait : tu le savais solide dans ses décisions, implacable dans sa volonté et ces seuls attributs te suffisaient. Pourtant, c'était blessée que tu étais. Là était le risque de s'allier, de se lier à une autre âme. Etais-tu certaine de vouloir lui laisser ce pouvoir sur toi ? Tu n'en étais plus sûre. Mais comme il parlait déjà, tu le regardais de tes grands yeux noirs, comme prête à le juger.

« Ne me remercie pas, Break. N'est-ce pas le rôle d'une âme-sœur, que de te donner cette vérité et que de te rendre à la vie ?

Un large sourire se dessina sur ton visage alors que muse légère et dansante, pleine de feu ou de vent, tu t'avançais vers lui, tes membres fins mais puissants brisant les vagues. Douce et gracieuse, tu revenais et, dans un geste à la fois tendre et violent, tu le poussais de tes naseaux brûlants, comme si vous vous étiez toujours connus et que vous étiez complices. Complices dans ces jeux et dans cette amitié naissante que tu voulais plus forte que tout. Serait-il être, cet animal de feu, ce soutien indéfectible ? Et quand tu en arriverais à lui conter tes souvenirs, te garderait-il en ami, ou condamnerait-il cette cruauté qui t'allait si bien pourtant ?
©N.A.S.A.

Revenir en haut Aller en bas

Break
Maître de son élément




Messages : 1148
Inscription : 23/04/2012
Age : 22


Informations
Relations:
Bloc note:

MessageSujet: Re: 〄 Hold your Breath. | PV.   Ven 11 Juil - 12:24

Il avait retenu son souffle, dès lors qu'il avait croisé les grands yeux noirs, en attente d'un jugement qui déciderait de l'avenir de leur relation. Il avait retenu ce souffle, qu'il relâcha, une fois ce jugement fait et partagé. Un soupire de soulagement traversa ses lèvres brunes et un poids lourd s'envola de ses épaules. Elle avait choisi, et l'avait jugé capable de danser de nouveau à ses côtés. Un large sourire prit place sur le visage de Break, lorsqu'il la vit s'avancer de nouveau vers lui. Il fit de même, enchanté de la voir si ouverte à présent.

A sa question, il ne répondit rien, car de toute manière, elle connaissait déjà la réponse qu'il y apporterait. Un grand oui, aurait été de trop, et cette invitation au jeu qu'il sentait sur son épaule, de ses naseaux noirs, suffisait à le faire taire, et à lui sourire encore. Il se prit au jeu et renâcla, balançant sa crinière ivoire et rouquine, dans les airs, sa large et puissante encolure dansant comme de la gelée pendant quelques instants. Il ne connaissait pas de mot pour décrire ce qu'il ressentait.
Elle était complice et étrangère à la fois, il le sentait si proche, et si loin à la fois. C'était indescriptible, et pourtant, il bondissait dans cette flaque de bons sentiments, qui le faisait se sentir si vivant.

Break lui attrapa la peau, et la pinça, avant de fuir en lui balançant ses postérieurs, ne frappant que l'air. Il galopa dans le sable, puis l'eau de la mer vint tout de suite lui lécher les sabots, comme une invitation à son tour. Peut être voulait-elle jouer, elle aussi ? Alors, il y fit brûler ses flammes et à sa surface, alors qu'il tournait sur lui-même dans un merveilleux ballet de crins et de feu, des myriades de bulles y éclataient. La mer en ébullition, et le cœur au bord des lèvres et des yeux, pétillant, comme un ciel plein d'étoiles. Et il rit enfin, de ce rire claire et scintillant, comme un enfant, comme un adolescent. Un rire de bonheur.

Un seul regard qu'il envoya à Blitz K., un seul, et puis il envoya valser dans les airs ses flammes et le feu brûlant, comme pour toucher le ciel. Il avait juste besoin d'ailes pour y parvenir...

Il avait juste besoin d'elle, pour y parvenir.

_________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: 〄 Hold your Breath. | PV.   

Revenir en haut Aller en bas
 

〄 Hold your Breath. | PV.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» hold your breath and count to ten. (dominique)
» Hold your breath and count to ten #Sarah
» don't hold your breath. [/w. Talya]
» Breath Lynas
» Take a breath, take it deep (05/07 à 22h34)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Denmoriny :: Espace Hors Jeu ::  Bureau des Helpers  ::  Archives V1 ::  RP's d'Antan -